Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Témoignages : Soulager les douleurs de l’endométriose grâce à l’alimentation anti-inflammatoire ?

endométriose

L’alimentation anti-inflammatoire vise à réduire l’inflammation dans l’organisme et se caractérise comme étant une des pistes thérapeutiques qui permettrait de soulager les douleurs chroniques inflammatoires liées aux nombreuses maladies à dépendance inflammatoire, immunitaire et/ou hormonale comme l’endométriose.

Chez les femmes souffrant d’endométriose, 1 sur 3 souffre de symptômes digestifs semblables à ceux du syndrome de l’intestin irritable : douleurs abdominales, ballonnements, nausée, constipation ou diarrhée.

Pour adopter cette alimentation, certains aliments sont à favoriser et d’autres à éviter. (Voir article, « l’alimentation anti-inflammatoire pour apaiser les douleurs de l’endométriose. »)

 

 

Depuis combien de temps vous intéressez-vous à l’alimentation anti-inflammatoire ?

 » …après avoir essayé de nombreuses méthodes pour soulager mes douleurs… »

« Je me suis rendu compte que cela dépendait de mon alimentation et que l’hygiène de vie avait un rôle à jouer pour diminuer certaines douleurs. Après avoir lu plusieurs témoignages, consulté une diététicienne, j’ai écouté mon corps et vu ce qui avait ou non des effets sur moi. Ça a pris du temps de savoir quels aliments il fallait diminuer ou bannir, ce n’est pas toujours facile au quotidien, mais ça vaut le coup ! »

« Quand j’ai enfin été diagnostiqué pour mon endométriose profonde pelvienne et digestive »

« J’avais déjà testé beaucoup d’alimentation au cours de ces 10 dernières années d’errance médicale, car mes symptômes étaient principalement digestifs (sans lactose, sans gluten – alimentation pour le coup que j’ai adopté sans aucun écart depuis 2017, sans fodmap, etc…), mais tout mon parcours gastro m’avait surtout mené à des TCA et non à un réel mieux être. J’en ai entendu parler pendant les différentes conférences en mars sur le labdelendo et au sommet de l’endo de kiffe ton cycle, et en me renseignant sur l’endométriose. »

« Lorsque mon diagnostic sur l’endométriose est tombé… »

Le corps médical m’en a parlé vaguement et m’a dit que consulter une diététicienne pouvait aider pour les douleurs et l’inconfort. Je n’ai pas encore consulté de diététicienne (le prix des consultations « endométriose » sont exorbitants) mais j’ai fait mes recherches sur internet. »

« Depuis 7/8 ans , quand j’ai eu le diagnostic endométriose »

« Ma prof de yoga m’a fait une consultation ayurveda et m’a conseillé de manger différemment, les effets ont été rapides au début. »

« J’ai commencé en 2018 après mon diagnostic. »

« J’en ai entendu parlé à travers des vidéos et des livres parlant de l’endométriose. »

« Depuis que mon inconfort digestif impacte ma vie quotidienne »

« J’en ai entendu parler par une amie atteinte d’endométriose »

« J’en ai déjà entendu parler, mais du haut de mes 17 ans, j’ai décidé de profiter un max de ma vie comme cela »

« C’est vrai que ce qu’on m’avait apporté comme solutions anti-inflammatoires, c’était très restrictif. Maintenant, comme dit ci-dessus, j’ai de gros problèmes digestifs mal à l’estomac, ballonnements (endobelly) absolument tous les jours, et soit des diarrhées, soit de la constipation. Ça pourrait peut-être me faire revoir certains points de mon alimentation. Après, il est vrai qu’étant à l’internat, adapter un régime complètement safe pour l’endométriose, et ici l’adénomyose, ce n’est pas simple. »

« Depuis avril 2022 j’ai commencé. Quand j’ai été diagnostiquée en août 2021 j’avais vu plusieurs articles dessus. »

« Je m’étais dit que ça allait, je mangeais équilibré donc pas besoin de changer. Mais compte tenu de mes symptômes, j’ai pris en charge cette question ! Et j’ai bien fait. »

« Lors d’une discussion dans une asso autour de l’endo »

« Mais je ne pensais pas en avoir besoin donc je ne la pratique pas. Sauf que dans votre description de questionnaire je comprends que mes symptômes seraient liés à ça ! Je vais donc étudier la question sur votre site! Merci »

« Depuis mon diagnostic d’endométriose en 2020 »

« J’en ai entendu parler par une amie qui me disait que je pouvais ajouter + de curcuma à mes plats pour soulager mes douleurs et mes migraines. »

 

Sondage sur le lien entre troubles digestifs, cycle menstruel & alimentation – on a besoin de ton aide !

sondage troubles digestifs endometriose alimentation

La chaleur thérapeutique pour les crises digestives ?

En effet, la chaleur thérapeutique c’est réconfortant et relaxant ! Ou encore en apaisement en période de crises digestives, tous les soirs pendant un mois sur le foie après dîner :

 

 

Est-ce que vous mangez souvent des plats/aliments anti-inflammatoires ?

« Je n’achète plus de lait , ni de crème fraîche et yaourt… »

« J’ai remplacé par du lait de coco dans mes plats et yaourt au lait de brebis. Je fais au hasard en limitant surtout le lait et en ajoutant pas mal d’épices. »

« Très rarement, en tout cas, je ne m’en rends pas compte puisque ce n’est pas dans mon régime… »

« Maintenant, j’essaie de manger un maximum équilibré, en mangeant un peu de tout. J’évite de prendre trop de lait, j’en bois des fois le matin et après, je mange pas mal de fromage. Sinon les yaourts, c’est assez rare. Du côté des épices, je mange rarement épicé ou cela se limite au curry et au paprika de temps en temps. »

« Oui, au maximum. Idées de recettes sur youtube, Instagram, les livres de recettes… »

« (Je recommande « L’alimentation anti-inflammatoire » de Carole Garnier, collection Les Basiques aux éditions Leduc, vraiment top quand on ne sait pas par où commencer !), et je suis aiguillée par ma diététicienne. »

 

Le C8D pour aider à soulager les douleurs ?

Le C8D aide ici à apaiser les douleurs, sous un format ultra concentré de 45mg en patch, associé à une formulation de menthol, extrait de racines de curcuma, feuille de thé vert et huile de graines de grenadier pour une action anesthésiante efficace pendant 8 heures.

 

« J’ai intégré les aliments anti-inflammatoires à mes plats quotidiens, mais j’ai surtout enlevé les aliments problématiques… »

« J’ai été diagnostiquée d’une maladie auto-immune (hashimoto) avant l’endométriose, donc j’avais déjà pris l’habitude de supprimer le gluten et le lait de vache. »

« J’ai revu mon alimentation toute entière et aujourd’hui, je consomme différemment… »

« J’ai supprimé pas mal d’aliments de mon quotidien, mais cela me convient personnellement. Principalement sur les réseaux sociaux (Instagram, blog culinaire…) mais aussi en revisitant certaines recettes que j’avais l’habitude de cuisiner auparavant… »

« 90% de mon alimentation, au fil des années, j’ai appris à identifier les aliments qui m’en posaient un problème… »

« Cote inspiration, ça prend du temps, il faut savoir pousser sa curiosité et certains comptes Instagram peuvent aider ! »

« Oui, la quasi-totalité du temps. J’invente des recettes moi-même et je pioche aussi parfois dans les livres de recettes vegan… »

« J’ai aussi un ingrédient qui a changé ma vie : le Curcuma. Je le prends en gélule, de la marque Nutrixeal, la plus forte concentration. Ça plus l’alimentation anti-inflammatoire quasi permanente, ça a supprimé la quasi-totalité de mes douleurs ! »

« J’ai du mal à trouver des recettes variées et réalisable. »

« En semaine ce n’est pas trop difficile de se tenir à cette alimentation, quand je mange seule le midi, le soir ou le week-end avec mari et enfants, c’est plus difficile. Quand on est gourmande, c’est dur à tenir. »

« Globalement, je fais très attention. »

« Je ne mange jamais de produits laitiers par exemple et j’évite au maximum tout ce qui est excitant (alcool, café-thé) mais je garde quelques produits dont l’alimentation anti-inflammatoires ne vantent pas les mérites 😅 »

« Tout le temps, c’est une manière de réduire la douleur »

« Elle est tellement forte que chaque chose minime qui peut aider est la bienvenue. Je fais au mieux avec mon imagination, je suis étudiante et je n’ai pas le temps de faire de vraies recettes. »

alimentation anti-inflammatoire

 

Quels sont vos ressentis dans les périodes où vous mangez majoritairement anti-inflammatoire ?

« J’ai une nette amélioration du confort digestif »

« Mon transit est plus régulier, ventre moins gonflé et donc moins de douleurs. Et quand je ne fais pas attention, c’est tout l’inverse. »

« Je me sens plus légère lorsque je mange en accord avec mes possibilités de digestion ! »

« Mon ventre en premier lieu ne gonfle pas, je ne ressens pas où très peu de gêne dans le dos ou les jambes. Quand je « craque », les douleurs sont bien plus présentes et moralement, tout de suite, c’est plus dur ! »

« Un peu moins de douleurs, mais trop de privatisation et de frustration. »

« Impossible à tenir sur le long ou le moyen terme pour moi. Je craque toujours, car c’est le moral qui n’est pas bon lorsque je fais trop attention »

« Vraiment, je ne vois pas de différence notable physiquement… »

« Cela dit comme j’essaye un maximum de m’y tenir, peut-être que cela pourrait être pire ?), comme en plus mes symptômes se sont vraiment aggravés sur ces deux dernières années, qu’il y a eu des traitements mis en place, etc… Ce n’est pas évident à déterminer l’impact de mon alimentation, j’ai moins de crises digestives, mais est-ce dû à mon stérilet, à mon traitement hormonal, ou à mon alimentation ? Parce que en revanche les douleurs pelviennes sont terriblement pires depuis tout ça. Moralement, c’est surtout que quand je mange anti-inflammatoire. Je prends vraiment le temps de cuisiner (j’adore ça), et cela me fait du bien de me dire que je mange quelque chose de bon pour mon corps. Ça me permet de retrouver un rapport plus apaisé à la nourriture, c’est déjà ça 🙂 »

« Je me sens bien moralement. Cela me soulage souvent. »

« Moins de ballonnements, plus de régularité à la selle, moins de douleurs digestives. J’ai des douleurs de règles plus gérables depuis quelques mois, mais je ne sais pas si c’est particulièrement dû à l’alimentation, j’ai mis d’autres choses en place en parallèle (ostéo/kiné, relaxation, infusions, traitement…), mais je pense que ça y contribue. »

« La différence est énorme ! Quand je fais scrupuleusement attention à mon alimentation… »

« Je dirais que mes douleurs sont atténuées de 70%, y compris celles des règles, je suis moins fatiguée et beaucoup plus apaisée, sereine. À l’inverse, si je fais quelques écarts de façon rapprochée (parfois juste le simple fait de manger un cookie en guise de goûter) j’ai immédiatement des douleurs qui reviennent. »

« Je sens que j’ai plus d’énergie, moins de « brouillard mental …»

« Et mon humeur est meilleure. Les douleurs sont toujours présentes mais moins intenses et moins « inflammatoires ». »

« Beaucoup de frustrations , surtout quand on est dans un repas familial ou avec des amis.

« Les autres comprennent difficilement et pense juste que c’est un « effet de mode »

« Quand je mange «mal » je me sens lourde physiquement et psychologiquement »

« Je suis fatiguée, j’ai des difficultés cognitives, j’ai encore plus mal au ventre, il est gonflé et tendu, difficile à faire dégonfler, j’ai du mal à supporter les vêtements, les câlins, cette zone devient zone interdite pour mon mari par exemple. »

« Mon alimentation est la clé de mes douleurs : quand je fais très attention, j’ai plus d’énergie, je me sens moins fatiguée, je digère mieux… »

« Quand j’adopte une alimentation plus inflammatoire, j’en sens instantanément la différence, les douleurs se réveillent +++ emmêle pourquoi un petit écart… malheureusement la contraception que je prends actuellement ne m’aide pas, même en ayant une alimentation anti-inflammatoire, mes douleurs sont présentes. »

alimentation anti-inflammatoire

 

 

Avez-vous réussi à trouver votre équilibre alimentaire pour vous faire plaisir tout en limitant vos douleurs ?

« Oui et j’apprends encore chaque jours. »

« Je comprends pourquoi un régime alimentaire et si difficile à tenir, je redouble d’astuces au fure et à mesure. Il y a encore trop peu de plats dans le commerce sans gluten ou anti-inflammatoires, les restaurants ou fast-foods sont remplis de choses que l’ont ne peux pas manger.  Alors il faut s’organiser, depuis peu j’ai un four ac 4 plaques de cuisson et un petit congélateur, ça me change la vie. Je prépare en avance ou achète du surgelé et quand je suis pas en état physique de faire à manger j’ai toujours qlqc à réchauffer. Et quand j’ai mes règles en général j’achète des barquettes à réchauffer purée saumon, y a pas bcp de choix dans le magasin au bout de ma rue, mais ça m’aide beaucoup. J’ai aussi retiré la viande rouge et plus récemment les phyto-oestrogènes de mon alimentation car ils me provoquaient des crises, ça va encore beaucoup mieux depuis que j’ai retiré tout ça (soja, poids chiches, pommes, fraises, courgettes..) Le secret pour tenir un telle régime c’est de trouver d’autres aliments pour se faire plaisir. Et d’être patiente avec soi même, un rééquilibrage alimentaire c’est pas évident, il est essentiel d’être fière de ses progrès et ne pas avoir honte de ses rechutes, c’est normal et c’est humain. Le chocolat chaud au lait de riz m’aide quand j’aipas le moral .Bon courage à toutes ❤ »

« je tâtonne donc encore pour trouver un équilibre qui ne me casse pas le moral ni mon ventre. »

« Ce n’est pas facile tous les jours mais j’essaye de garder en tête que c’est pour mon bien-être et de ne pas voir l’alimentation anti inflammatoire comme une contrainte mais comme une aide. »

« Je m’autorise des écarts même si mon régime n’est pas hyper strict. »

« Mais maintenant je sais quand je vais avoir des douleurs a cause de l’alimentation, je le vis mieux et c’est plus facile de m’autoriser des petits plaisirs. »

« Très difficile surtout en ce qui concerne le sucre et le gluten »

« Je me sens bien mieux sans mais le plaisir n’est pas toujours au rendez-vous, souvent des grosses envies de craquer devant une pâtisserie… »

« Oui. Je m’accorde de temps en temps des petits écarts plaisir… »

« Mais le résultat vaut vraiment le « sacrifice » et finalement on s’habitue très vite. Le 1er mois est le plus difficile. »

« C’est compliqué de vraiment avoir une routine anti inflamatoire car ça demande une vraie connaissance… »

« Mais on peut s’en tirer avec une nourriture saine peu transformée et donc peu inflamatoire a quelques exception près, les plaisirs sucrés sont très rares, je cuisine un gâteau vegan et le moins gluten possible pour manger un truc doux ou pour le dej. »

« Oui, après quelques mois de galères… »

« De nombreux tests pour identifier quels aliments ne me convenaient pas, ou quelle était la limite des portions et de la fréquence à laquelle je pouvais consommer tel type d’aliment potentiellement inflammatoire, j’ai réussi à trouver mon équilibre. Je me suis créée de nombreuses recettes avec lesquelles je me régale. Le seul problème pour moi actuellement reste l’aspect social. J’ai du mal à accepter de sortir au restaurant et quand je suis invitée à manger chez des gens je suis toujours assez gênée d’avoir l’air de faire la fine bouche alors qu’en fait je veux juste profiter d’un repas sans l’angoisse de manger des choses qui me provoqueraient des douleurs dans l’heure qui suit… »

« Le secret pour tenir un telle régime c’est de trouver d’autres aliments pour se faire plaisir. »

« D’être patiente avec soi même, un rééquilibrage alimentaire c’est pas évident, il est essentiel d’être fière de ses progrès et ne pas avoir honte de ses rechutes, c’est normal et c’est humain. Le chocolat chaud au lait de riz m’aide quand j’ai pas le moral. Bon courage à toutes ❤️ »

« Cela dépend des périodes »

« Depuis quelques temps je remarque que quand j’atteins un certain poids, mon corps n’aime pas et les douleurs, tensions augmentent. Cela est bien évidemment lié à l’alimentation. Quand je ne fais pas attention, que je diminue les légumes… Mon corps l’alerte et je l’écoute. »

« Non du tout , je mélange tout et j’ai de la sur-information… »

« Entre l’alimentation anti inflammatoire, l’alimentation sans fodmap (car j’ai l’impression que je ne supporte pas le lactose et le gluten non plus). Entre la maladie, les rendez vous pma et gérer l’alimentation, la charge mentale est difficile à gérer … »

 

 

On remarque à travers ces témoignages qu’il y a trois catégories de réponses, plutôt proportionnées :

  • celles qui ont trouvé leur équilibre,
  • celles qui cherchent encore
  • et puis celles qui n’y arrivent pas du tout.

 

On réalise que celles qui disent avoir trouvé leur équilibre se laissent la liberté de manger des plats inflammatoires de temps en temps (D’où le mot équilibre, dont on rappelle la définition : « Juste proportion entre des choses opposées » ). C’est un petit détail qui a beaucoup d’importance et que l’on a tendance à oublier. Pour le reste du temps, elles mentionnent souvent le fait qu’elles trouvent des substituts aux aliments inflammatoires, pour continuer à manger comme elles le souhaitent !

Pour celles qui ne sont pas encore convaincues d’avoir trouvé l’équilibre, souvent c’est parcequ’elles se sentent perdues par manque d’information.

Et puis enfin, il y a celles qui ont répondu qu’elles n’avaient pas trouvé cet équilibre. Ce qui est intéressant, c’est que l’on constate qu’elles utilisent des mots assez fort comme « se priver », « le plaisir n’est pas au rendez-vous », « c’est difficile »… Évidemment se priver n’est pas la solution, il faut écouter son corps et ses envies, en trouvant SON ÉQUILIBRE ! En étant trop sévère et trop stricte, on ne se laisse aucune chance d’y arriver, puisque sur le long terme, la frustration pourrait provoquer une envie de tout stopper et de laisser tomber !

Et enfin, il y a celles qui tentent assidument d’intégrer l’alimentation anti-inflammatoire à leur quotidien mais pour qui malgré tout cela n’est pas suffisant pour aider à soulager leurs douleurs et améliorer leur qualité de vie…

 

 

N.B : Cet article, comme les autres, offre des pistes à explorer, qui seront différentes pour toutes les femmes. Il ne vient en aucun cas substituer un avis médical.

Balance ton histoire sur notre compte instagram de témoignages : @sav.endo !
Les produits bien-être apaisants pour te faire du bien c’est par ici : Le Lab de l’Endo !

Rejoins le mouv. Inscris-toi pour recevoir la Revue #etalors.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D'autres sujets autour de la santé féminine

  • Tous
  • A la une
  • Actualités
  • L'endométriose
  • La revue de Flo
  • La revue des pros
  • Les nouvelles de Tiphaine
  • Les produits bien-être
  • Non classé
  • Témoignages
huile cbd effet immédiat

CBD : quelles vertus pour l’endométriose ?

Réputé pour ses multiples vertus thérapeutiques, le CBD connaît l’engouement de plus en plus de consommateurs, particulièrement chez les femmes atteintes d’endométriose. Mais alors qu’est-ce ...
Lire la suite
opération endométriose convalescence

Endométriose : Sexualité et opération

Par Marine Le Rouzo, psychologue clinicienne, psychothérapeute, sexothérapeute. Dans le précédent article (« endométriose : quelles conséquences sur le corps et la sexualité ?»), j’évoquais ...
Lire la suite
comment savoir si on a l'endométriose

Comment diagnostiquer l’endométriose ?

Il faut passer par plusieurs étapes pour se faire diagnostiquer d’une endométriose, le diagnostic de celle-ci étant souvent décrit comme étant un véritable parcours de ...
Lire la suite

la revue #etalors

Toutes les infos, actus, événements du moment à ne pas louper pour reprendre le pouvoir de ton corps et de ta vie !

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

la revue #etalors

Toutes les infos, actus, événements du moment à ne pas louper pour reprendre le pouvoir de ton corps et de ta vie !

Le mouvement #ETALORS? c’est quoi ? Bien + qu’une simple phrase, c’est la symbolique de notre engagement. Une envie de dénonciation, d’appel à l’action, d’affirmation pour réunir sous un même # toutes nos convictions !

REJOINS LE MOUV !

Toutes les infos, actus, événements du moment à ne pas louper pour reprendre le pouvoir de ton corps et de ta vie !

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.