quels sont les SYMPTÔMES, le DIAGNOSTIC, le TRAITEMENT ?

LEs dyspareunies : douleurs pendant les rapports

Environ 20% des femmes sont concernées par ces douleurs.

Les causes peuvent varier : Endométriose, vulvodynie, névralgies, infections urinaires et/ou vaginales, vaginisme, lichen, dysfonctionnements ou malformations génitales… 

Quand s’inquiéter ? A partir du moment où des douleurs sont ressenties ! Il n’est pas normal de souffrir pour les femmes lors des rapports sexuels. Des solutions existent pour aider à apaiser les douleurs sur le long terme : suivi en ostéopathie et/ou kinésithérapie, sexo/psychothérapie, à l’aide de lubrifiant, crèmes, gel intime, ovules, ou autres aides pour adapter sa vie sexuelle et aider à soulager la zone endolorie. 

#etalors, on fait quoi ?

1. la dyspareunie profonde,
un des symptômes de l'endométriose ?

UN HÉMATOME DANS LE FOND DU VAGIN ?

LA DYSPAREUNIE CONCERNE 50 À 70% DES FEMMES ATTEINTES D'ENDOMÉTRIOSE

Relu et corrigé par Chloé Loiacono, sexologue & présidente de l’association Femmes Endo & Co (@lesconseils_sexo)

La dyspareunie profonde dans le cas de l’endométriose désigne la douleur pendant et/ou après l’acte sexuel (causé par la pénétration ou par l’orgasme).

La dyspareunie est un mot exprimant la difficulté (du grec ancien δυσ-) et le suffixe -pareunie (racine grecque pareunasthai) signifiant accouplement.
Cela peut toucher les femmes comme les hommes.

La dyspareunie profonde concerne 50 à 70% des patientes atteintes d’endométriose. La dyspareunie sera évoquée lors de l’interrogatoire clinique ( discussion entre le médecin et la patiente) pour établir un premier diagnostic.

Cette douleur est balistique et positionnée, ce qui signifie que son intensité dépend de la position adoptée (particulièrement dans la zone profonde).

La douleur est si forte, qu’on pourrait la comparer à un hématome qui viendrait taper dans le fond de l’appareil génital.

D’où vient cette douleur ?

La dyspareunie profonde peut être causée par des lésions d’endométriose : 

  • présentes autour du vagin et de l’utérus (LUS, rectum, vessie, ovaires)
  • ou en cas d’adénomyose.

Les troubles digestifs (diarrhée et/ou constipation) majorent souvent les douleurs du fond vaginal.
C’est pour cela qu’une prise en charge pluridisciplinaire de nutrition et de kinésithérapie associés à la sexothérapie auront des effets salvateurs sur la qualité de vie. 

L'ENDOMÉTRIOSE

les causes de CETTE DOULEUR ?

1 %

DES FEMMES AU MOINS SOUFFRENT DE CES DOULEURS À UN MOMENT DE LEUR VIE

#dyspareunie

des produits bien-être apaisants qui pourraient t'intéresser​

2. la dyspareunie superficielle expliquée par d'autres pathologies ?

Relu et corrigé par Chloé Loiacono, sexologue & présidente de l’association Femmes Endo & Co (@lesconseils_sexo)

 

Les dyspareunies superficielles ne sont pas considérées comme un symptôme de l’endométriose, mais plutôt comme une conséquence.

La douleur à l’entrée du vagin témoigne souvent d’autres pathologies telles que :

  • le vaginisme
  • la vestibulodynie
  • la vulvodynie
  • la clitorydodinie.


Les principaux responsables de ces affections sont :

  • La douleur chronique
  • l’hypertonie globale
  • l’appréhension de la douleur
  • la fatigue et le stress.
  • La sécheresse vaginale (et parfois atrophie vaginale), souvent causée par les traitements hormonaux (progestatifs, analogue de la GnRH) augmente les douleurs et l’aisance au rapport et à la pénétration.

La chirurgie est possible dans le cas de dyspareunies persistantes, afin d’améliorer la qualité de vie et de favoriser des rapports sexuels sans douleurs. Elle est souvent proposée en dernière intention à la patiente si elle reste douloureuse malgré les traitements et soins de support mis en place.

les douleurs vulvaires, + à l'entrée du vagin ou dans la région vulvaire

quelle est la différence de douleur ressentie ?

organique ou psychosomatique ?

quelles causes à la dyspareunie superficielle ?

Les douleurs vulvaires peuvent être présentes depuis toujours ou se développer avec le temps. Qu’elles soient d’origine organiques ou psychosomatiques, il est important de pouvoir identifier les facteurs sociaux qui favorisent l’apparition et/ou le développement/la continuité de ces douleurs. 

Ils peuvent être liés à un manque de communication. Lorsque les femmes souffrent malheureusement on constate qu’elles ne le disent pas dans 43% des cas. Se forcer, faire bonne figure pour faire passer le plaisir de son partenaire en priorité ne fait qu’empirer les douleurs sur le long terme. Imagine une plaie ouverte qui te fait mal, si tu continues à la titiller sans jamais la traiter, tu continueras à avoir mal mais surtout la douleur s’empirera sûrement !

C’est une évolution qui doit donc venir des deux côtés, car si 30% des femmes avouent avoir eu mal lors de leur dernier rapport sexuel, dans 50% des cas c’est sans compter un changement de comportement du partenaire. 

D’autres causes psychosomatiques peuvent être citées comme les traumatismes liés à l’enfance, l’éducation, les relations aux autres… 

De nombreuses autres causes physiologiques peuvent rentrer en compte :

  • les douleurs vulvaires chroniques pathologiques (vulvodynie, vestibulodynie, clitoridodynie…)
  • le vaginisme
  • les infections urinaires et/ou vaginales
  • la sécheresse vaginale, le manque de libido (souvent liés à des traitements hormonaux)
  • les déséquilibres hormonaux (pathologiques ou situationnels en post-partum, ménopause…)
  • l’endométriose 
  • les conséquences d’une opération chirurgicale autour de la zone pelvi-périnéale
  • les névralgies
  • le lichen scléreyux
  • tumeurs (fibromes, kystes…)
#soulager

quels traitements médicaux et thérapeutiques pour aider à Soulager la dyspareunie ?

Le premier réflexe est de trouver le médecin et/ou thérapeute qualifié, et avec qui on se sent à l’aise. Il est possible de se faire suivre par son/sa gynéco, sage-femme pour trouver les bons traitements.

Mais aussi par un.e psycho/sexothérapeute pour mieux comprendre les mécanismes et techniques pour pallier à la douleur en adoptant des pratiques plus adaptées. 

Le but est de comprendre ce qui se passe techniquement en sexologie pour avancer sur d’autres thérapies, comme la kinésithérapie, l’ostéopathie, la sophrologie qui peuvent aussi être efficaces.

Le dialogue dans le couple est essentiel pour gérer ce genre de douleurs, car c’est en comprenant ce qui fait mal, à quel endroit et dans quelle position, que l’on peut réinventer sa sexualité pour moins déclencher ces douleurs :

  • des traitements locaux (crèmes, gel intimes, lubrifiants…)
  • de la kinésithérapie / ostéopathie intra-pelvienne
  • la thérapie avec les dilatateurs (pour le vaginisme)
  • psycho/sexothérapies
  • la chirurgie dans de + rares cas 
help, j'ai mal !

comment apaiser tes douleurs ?

réinventer sa sexualité

il n'y a pas que la pénétration !

Comme pour tout dans la vie, on peut voir cette douleur comme un échec, ou un moyen de se re-découvrir, avancer différemment.

Réinventer sa sexualité, si elle nous fait trop souffrir, oui c’est la meilleure option !

Ce n’est pas parce qu’on souffre, et qu’on n’a plus de libido, plus de désir, plus de plaisir, plus d’excitation, qu’il faut se dire que le sexe c’est pas fait pour nous, qu’on est pas normales, que le problème vient de nous, et qu’il faut se résigner à serrer les dents, faire bonne figure, et faire passer le désir de l’autre en priorité en oubliant le notre ! 

Nous avons besoin de redéfinir le sexe dans notre société qui l’a trop banalisé, instrumentalisé. La course à la performance dictée par l’industrie des media et du cinéma nous a fait dévier du but initial de la relation sexuelle : connecter avec l’autre de la manière la + intime qui soit pour partager un moment privilégié, une connexion particulière suite à une attirance physique, énergétique, émotionnelle, spirituelle… ! Eh oui, rappelons nous avant tout que la relation sexuelle est avant tout une relation humaine de partage.

Alors laissons tomber nos clichés et nos égos. Oublions les injonctions aux positions toutes plus acrobatiques les unes que les autres, le kamasutra, ou encore la pénétration ou l’orgasme comme une fin en soi. 

Ne serait-ce pas déjà génial de juste se toucher, se masser, se caresser, expérimenter des jeux de regard, de respiration… et voir ce qui adviendra sans se mettre d’objectif final en tête (non pas tous les rapports ne doivent finir par un orgasme, ou doivent toujours inclure la pénétration, il y a plein d’autres manières de s’échanger du plaisir, soyons imaginatifs et curieux) ?!

Réinventons notre sexualité pour plus de sens dans nos relations.

LES traitements d'UN.e SPÉCIALISTE

#dyspareunie #douleurs #vulvaires

Les spécialistes en douleurs vulvaires comme les gynécologues ou les sages femmes peuvent prescrire des préparations de crèmes, des ovules à base d’acide hyaluronique, des gélules d’onagre… A appliquer pendant plusieurs semaines, ces produits doivent aider à réhydrater, rééquilibrer, diminuer la sensation douloureuse et la sensibilité vaginale et/ou vulvaire.

des thérapies manuelles (ostéo, kiné...)

#dyspareunie #douleurs #vulvaires

Les thérapies manuelles comme l’ostéopathie, la kinésithérapie, peuvent aider à rééduquer la zone en rapport avec les douleurs. Les techniques d’ostéopathie comme de kinésithérapie peuvent se faire en intra-vaginale, mais tous les thérapeutes n’y sont pas formés. En complément, on peut associer d’autres thérapies comme la sophrologie et/ou l’hypnose pour aider à mieux vivre les rapports sexuels s’ils ont été longtemps douloureux.

une psycho / sexo thérapie

#dyspareunie #douleurs #vulvaires

Quand on souffre de douleurs intimes, on peut perdre confiance en soi, confiance en l’autre, ne plus arriver à apprécier les rapports sexuels… Se faire accompagner en psycho ou sexothérapie permet de mieux se comprendre pour retrouver confiance en soi et réinventer sa sexualité, renouer avec son plaisir.

la chirurgie en dernier recours

#dyspareunie #douleurs #vulvaires

La chirurgie peut être une option dans certains cas de douleurs vulvaires. Elle peut se faire dans le cadre d’une sérieuse étude de la balance bénéfices/risques, si tous les autres traitements possible n’ont pas été efficaces, et si le spécialiste (ne pas hésiter à prendre plusieurs avis) estime que l’intervention chirurgicale permettra une amélioration de la qualité de vie. 

NON, ce n’est pas dans ta tête !

LE LAB DE L’ENDO, C’EST AUSSI UNE MARQUE ENGAGÉE POUR AIDER LES FEMMES À

 se faire du bien !

LES indispensables DU LAB

la Bouillotte ceinture

bouillotte endometriose regles douloureuses

Tu as déjà rêvé d’une bouillotte ceinture que tu peux porter partout pendant tes règles, hyper efficace (attachée par une ceinture), confortable et discrète (invisible sous tes habits) ?

C’est désormais possible avec la bouillotte du Lab !

l'infusion médicinale

infusion endometriose regles douloureuses

L’infusion du Lab est l’infusion médicinale pensée pour aider à apaiser les inconforts (menstruels, ovulatoires, digestifs, endobelly, fatigue, anxiété…)

Développée avec une équipe de pharmaciens et herboriste, elle est composée d’une synergie de 8 actifs de plantes, aux bienfaits allégués selon la réglementation DDPP avec une posologie précise : 10 grammes par jour les jours où les inconforts se réveillent.
Testée et approuvée par les 100 femmes testeuses touchées par l’endométriose.

#F.A.Q. sexo

Les douleurs pendant les rapports peuvent avoir des causes différentes : infectieuses (mycose, cystite, etc.) ; dermatologique (eczéma, psoriasis, etc.) ; pathologiques (vulvodynie, vaginisme, dyspareunie liée à l'endométriose) ; psychosomatiques (s'il y a eu traumatisme lié au rapport sexuel par exemple).

La dyspareunie profonde provoque des douleurs musculaires dans le fond du vagin, comme un hématome qu'on viendrait taper. La dyspareunie superficielle est plus en surface, dans la région vulvaire et se ressent plus comme une douleur cutanée, dermatologique : irritations, sécheresse, brulures... 

Les douleurs vulvaires ne sont jamais "normales". Même si c'est une zone sensible, tu es légitime d'aller consulter un.e gynécologue, sage femme ou dermatologue spécialisé.e dans les douleurs vulvaires si tu as des douleurs ou sensibilité handicapante (difficultés pendant les rapports sexuels, pour mettre un tampon...)

La dyspareunie désigne les douleurs ressenties pendant les rapports sexuels. Elle peut se diagnostiquer lors d'une consultation gynécologique avec un.e gynécologue ou sage femme. Un simple questionnaire suffit si tu n'as pas envie de te faire ausculter.

Il y a des solutions médicales et thérapeutiques. Des traitements à base de crèmes, d'ovules peuvent être prescrits par un.e gynécologue, sage femme ou dermatologue spécialisé.e en douleurs vulvaires. Des séances de thérapie manuelles (ostéopathie, kinésithérapie) ou encore de psycho / sexothérapie peuvent aussi aider à aller mieux.

# Annexes et petites notes de fin

Voilà quelques sources que nous avons utilisées ou citées

Tous les témoignages sont les bienvenus !

Comme il y autant de symptômes, et de solutions que de femmes, ces listes peuvent ne pas être exhaustives, et nous sommes preneurs des retours de la communauté pour alimenter ces articles afin qu’ils soient représentatifs du + de vécus possible. 

Si tu veux témoigner, ça se passe par ici !

Petite note d’importance :

Chaque cas d’endométriose étant différent, cet article, comme les autres, offre des pistes à explorer, qui seront différentes pour toutes les femmes.
Il ne vient en aucun cas substituer un avis médical.

le sexe c’est douloureux ? 

et alors ?

#lelabestlà

Tu vas pas en + culpabiliser ou t’en excuser 🙂 

Et alors, maintenant qu’est-ce qu’on fait pour t’aider à aller mieux ?