Endométriose et stress oxydant : Comment lutter contre ?

stress oxydant endometriose

Par Marine Evrard, Sophrologue et praticienne en micro nutrition spécialisée dans la santé de la femme.

En 2014, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) révélait au travers d’une étude que l’endométriose sévère serait associée au stress oxydatif. Le stress oxydant est lié à une accumulation des lésions oxydatives au niveau des composés principaux de nos cellules et tissus, c’est à dire les protéines, les lipides et l’ADN.

Avec un rythme de vie de plus en plus accéléré au quotidien, beaucoup de personnes sont aujourd’hui victimes de stress et d’angoisses perpétuelles. Nos modes de vie nous amènent également à consommer nourriture transformée industrielle, alcool, tabac, graisses saturées en excès… Au contact de l’oxygène, ces substances engendrent des réactions nocives pour l’organisme. On parle alors de stress oxydatif.
Dans cet article, nous allons voir comment se définit le stress oxydatif, ses causes, ses possible relations avec l’endométriose et le vieillissement cellulaire.

 

 

Qu’est ce que le stress oxydatif ?

On parle de stress oxydant lorsqu’il y a une accumulation des lésions oxydatives au niveau des composés principaux de nos cellules et tissus, c’est à dire les protéines, les lipides et l’ADN.

Du point de vue scientifique, le stress oxydatif est la détérioration de l’organisme par les radicaux libres de l’oxygène. Il se produit à la suite d’un phénomène chimique appelé « oxydation ». Celui-ci perturbe la liaison normale entre les sucres, les lipides et les protéines de l’organisme provoquant ainsi la dégradation de l’ADN, des cellules, des tissus et des muscles. Le stress oxydatif correspond à une situation où la cellule ne contrôle plus la présence excessive de molécules toxiques, issues principalement de la respiration cellulaire, les radicaux libres.

Si vous voulez visualiser l’oxydation, c’est le brunissement des fruits lorsqu’ils sont par exemple coupés et à l’air libre.

Responsable du vieillissement de notre organisme, le stress oxydant intervient dans trois situations :

  1. Lorsqu’on détecte une augmentation de l’agression par les radicaux libres.
  2. Lors d’origines endogènes (inflammation chronique, défaillance du système mitochondrial, mauvaise detoxification …) soit exogène (tabac, pollution …)
  3. Lorsque les défenses antioxydants naturelles sont défaillantes.

 

stress endometriose

D’où vient cette défaillance qui provoque le stress oxydant ?

Parfois, notre alimentation n’apporte pas le bon carburant dont notre corps a besoin :

  • Manque d’antioxydants (notamment présents dans les fruits et légumes comme les caroténoides)
  • Manque de micro-nutriments (sélénium, cuivre, zinc) – ces micro-nutriments sont nécessaires à l’activité de nos systèmes enzymatiques
  • Manque d’antioxydants endogènes (le glutathion, le coenzyme Q10 ou encore l’acide alpha-lipoique)

Pour bien comprendre le mécanisme du stress oxydatif, voici un zoom sur les radicaux libres et les antioxydants.

Les antioxydants sont des donneurs d’électrons.

 

Comprendre le mécanisme du stress oxydatif

Les radicaux libres sont des molécules fabriquées en excès par une mauvaise respiration des cellules sous l’effet de différents stress (psychosociaux, ou cellulaires dûs à la consommation excessive d’alcool, de tabac etc). Ces molécules fabriquées en excès vont provoquer une oxydation des cellules et accélérer leur inflammation et leur vieillissement.

Lorsque l’organisme se trouve dans de bonnes conditions de santé (possédant une excellente quantité de vitamines et d’enzymes antioxydants qui luttent contre le stress oxydatif), la quantité de radicaux libres demeure stable et contrôlée. Dans le cas contraire, leur concentration s’élève brutalement.

Ainsi, de fortes perturbations au niveau des réactions métaboliques et un déséquilibre entre les radicaux libres et les antioxydants s’ensuivent.

Les principales causes du stress oxydatif sont :

  • la pollution  ;
  • les longues expositions au soleil  ;
  • la consommation de tabac et d’alcool  ;
  • le manque de sommeil  ;
  • l’exécution d’exercices physiques trop intenses et répétitifs  ;
  • la sédentarité  ;
  • le stress psychique…
  • Dans l’ensemble, quand l’organisme n’est pas au top de sa forme, les risques d’être soumis à un stress oxydatif sont relativement élevés.

En outre, selon les spécialistes, certaines catégories de médicaments et traitements médicaux peuvent aussi être à l’origine du stress oxydatif.

Les plus connus sont :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens
  • la chimiothérapie
  • la radiothérapie.

 

Et pour aider à lutter contre le stress de tous les jours, l’huile de C8D est apaisante et relaxante et sans effet d’accoutumance :

 

Quelles conséquences du stress oxydatif sur l’organisme ?

La conséquence la plus courante du stress oxydatif est l’accélération du processus de vieillissement du corps.

Il est également responsable de multiples maladies comme la maladie de Parkinson, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies broncho-pulmonaires, divers cancers, et les maladies inflammatoires, comme l’endométriose.

Ceci s’explique par le fait que toutes les cellules du corps sont susceptibles d’être agressées par ce phénomène.

Le stress oxydatif n’apparait pas par des symptômes clairement visibles à l’extérieur. Pour savoir si une personne souffre de ce phénomène, il faut effectuer une évaluation de la balance antioxydants/oxydants dans le corps et comparer le résultat avec son propre potentiel oxydant (tendance des cellules du corps à s’oxyder rapidement ou non).
En effet, d’après les professionnels du domaine, le potentiel oxydant diffère d’une personne à l’autre, et ce, en fonction de son milieu de vie, son alimentation et ses caractéristiques génétiques.

On peut plus parler des symptômes entrainés par les maladies causées par ce stress oxydatif :

 

Quels sont les organes affectés par le stress oxydatif ?

Le processus de vieillissement se voit en premier au niveau de la peau avec les rides et le dessèchement cutané. Elle perdra également son éclat, sa souplesse et sa fermeté.
Le second organe à subir les effets de ce vieillissement hâtif est la vue. Les cellules formant la rétine et les protéines de structure du cristallin vont être endommagées. Cette circonstance va conduire à des maladies oculaires.

Ensuite les organes du corps entiers sont touchés dans la mesure où le stress oxydatif entretient un processus inflammatoire (comme le stress psychosocial) qui attise la prolifération cellulaire liée à certaines maladies neurodégénératives, cardiovasculaires, et inflammatoires comme l’endométriose.

 

 

 

Endométriose et stress oxydatif

Le stress oxydatif est bien lié à l’endométriose

Hormis les multiples pathologies qui ont été identifiées depuis longtemps comme ayant un rapport direct avec le stress oxydatif, il a été récemment découvert que ce phénomène est également lié à l’endométriose.

Comment a-t-on fait le lien entre stress oxydatif et endométriose ?

Dans le cas d’une endométriose sévère et profonde, plusieurs études montrent une augmentation du stress oxydatif majeur dans le liquide péritonéal des patientes.

Jusqu’à présent, les seuls traitements proposés par les médecins pour cette maladie sont à base hormonale. Leur rôle est de stopper le cycle ovulatoire afin de réduire la propagation des cellules ectopiques et, par la même occasion, alléger la douleur.

Afin de trouver une solution plus performante et efficace, des chercheurs de l’Iserm à l’hôpital Cochin, Pietro Santulli, ont tenté d’élaborer d’autres méthodes de médications n’ayant pas recours à un apport hormonal. Différentes analyses et expérimentations ont dans ce cas été effectuées et les résultats semblent plutôt intéressants. Les tests ont démontré que les cellules ectopiques d’endométriose sont toutes chargées de grande quantité de protéines oxydées.

Pour bien s’assurer que c’est le stress oxydatif qui est le promoteur de la formation de l’endométriose et non l’inverse, des expériences in vitro ont été menées.
L’hypothèse fut confirmée, car les activités d’inhibitions pratiquées sur le stress oxydatif ont manifestement arrêté la multiplication des cellules ectopiques d’endométriose.

 

Quelles nouvelles perspectives de traitements offrent la liaison identifiée entre stress oxydatif et endométriose ?

Dorénavant, grâce à la liaison identifiée entre stress oxydatif et endométriose, les scientifiques s’intéressent au fait que si l’on fait baisser ce stress oxydatif, on peut dans le même temps agir sur la diminution de la prolifération des cellules endométriales.

Il y a donc un lien mis en évidence entre l’inflammation locale et le stress oxydatif, qui lui-même est facteur d’inflammation.

L’augmentation de la prolifération des cellules malades à cause du stress oxydatif a également été mis en évidence.

Le stress oxydatif est donc une nouvelle cible thérapeutique pour le traitement de l’endométriose, tout comme la réduction du stress psychosocial. Les perturbateurs endocriniens et la recherche d’anomalies épigénétiques sont également très étudiés.

Pour le moment, les recherches continuent donc pour identifier les molécules idéales qui permettent de bloquer le stress oxydatif et ainsi diminuer les inflammations causées par l’endométriose.

Les facteurs identifiés sur lesquels il est possible d’agir étant l’environnement, l’hygiène de vie, la nutrition, le stress psychosocial, la mobilité du corps, alors les médecines complémentaires suivantes ne peuvent qu’aider à réduire le stress oxydant dans le corps : naturopathie, nutritionniste, sophrologie, hypnose, médecine chinoise, kinésithérapie, ostéopathie…

 

Comment vérifier le stress oxydant ?

Pour vous guider dans la vérification du statut de votre stress oxydatif, voici les quelques analyses à effectuer :

  • la vitamine A : c’est un caroténoide. Elle est obtenu via des les sources alimentaires animales ou produite par l’intestin à partir du bêta-carotène.
    Cette vitamine est très importante car elle est antioxydante : elle protège nos membranes cellulaires, entre autres.
  • La vitamine E, également antioxydant liposoluble, protège les membranes cellulaires et les mitochondries (nos chaudières énergétiques) contre ces attaques de radicaux libres.
  • Le cuivre, qui est un métal intervenant dans de nombreuses réactions biologiques. Le cuivre intervient, entre autres, dans le bon fonctionnement de la mitochondrie et est un cofacteur de la SOD 2, participant aux défenses antioxydantes. Attention à ne pas consommer trop de cuivre, qui, en excès a une activité pro-oxydante.
  • Le zinc est un cofacteur de nombreuses enzymes participant aux défenses antioxydantes.
  • Le sélénium est indispensable à la protection anti-oxydante des mitochondries et des cellules.
  • Le coenzyme Q10 est un antioxydant endogène. Il permet d’assurer le bon fonctionnement de nos mitochondries grâce au transport des électrons via les moulin à protons. Il peut également avoir un rôle d’antioxydant contre les radicaux libres.
  • La ferritine permet, entre autre, d’évaluer la présence d’une inflammation. Le fer est indispensable à l’activité de nos mitochondries.

Plus spécifiquement, on vérifiera également les statuts de :

  • La GPX
  • La SOD
  • L’acide urique
  • La 8 hydroxy-guanosine
  • Les anticorps anti-LDL OXYDÉS
  • Le statut du stress oxydatif est étudié grâce à un échantillon d’urine du matin et deux tubes de sang SECS

remedes stress oxydatif endometriose

Comment réduire le stress oxydatif ?

Lutter contre le stress oxydatif :
Suite aux différents examens médicaux préconisés, il est très important de limiter les dégâts tissulaires, induits par l’inflammation et d’optimiser sa cicatrisation.

On favorisera l’apport d’antioxydants en famille et de polyphénols et les antioxydants de sources alimentaires.

Depuis toujours, les antioxydants sont reconnus telles que des molécules anti-âge parfaites. Leur action consiste à neutraliser les effets des radicaux libres sur les cellules afin de les protéger de toutes agressions néfastes.

Quand l’organisme est exposé à un stress oxydatif, le processus de vieillissement et l’affaiblissement du système immunitaire se précipite. Cette théorie a été constatée depuis des dizaines d’années grâce à un gérontologue américain du nom de Denham Harman et aujourd’hui encore, les médecins spécialistes la maintiennent.
Dans le cas de l’endométriose, maladie à dépendance immunitaire, il est donc important de lutter contre le stress oxydatif pour ne pas affaiblir son système immunitaire qui est intrinsèquement lié au développement de l’endométriose.

En effet, dès que le stress oxydatif s’accroît, les antioxydants préformés ne sont plus capables d’éliminer les excès de radicaux libres qui vont immédiatement agresser les cellules. À cause de ce phénomène, les défenses immunitaires de l’organisme s’affaiblissent si bien que le sujet soit fragile et vulnérable face aux affections externes. Cette hypersensibilité donnera davantage de l’accès (d’accès?) aux diverses maladies ce qui poussera les cellules à dépenser plus d’énergie pour se défendre. Si les pathologies persistent et se répètent, les cellules continueront de s’épuiser ce qui stimulera l’accélération du processus de vieillissement.

 

Le stress oxydatif étant un phénomène naturel, comment s’en prémunir ?

Étant donné que les radicaux libres proviennent de l’oxygène, il est alors difficile, voire impossible, de lutter contre le stress oxydatif. Cependant, il existe des moyens efficaces pour le retenir.
Pour ce faire, il faut commencer par consommer des fruits et des légumes qui sont naturellement riches en antioxydant.

Certains aliments que nous n’avons pas forcément l’habitude de consommer peuvent faire office de formidables sources d’antioxydants en étant intégrés à nos recettes et en-cas au quotidien :

  • superfruits comme les baies de goji, les cranberries
  • les amandes
  • le cacao cru
  • le thé vert
  • le gingembre
  • les épices comme la cannelle, le curcuma…

Par ailleurs, il y a aussi les compléments alimentaires qui contiennent des taux élevés d’antioxydants en plus des vitamines et des nutriments essentiels.
Il est conseillé également de pratiquer de l’exercice physique, du yoga, de la méditation régulièrement et de favoriser les moments de relaxation.

Pour finir, rappelez vous que le stress oxydatif est dangereux pour l’organisme. Il est responsable de diverses pathologies potentiellement graves comme l’endométriose. Il est important de suivre un mode de vie sain et d’effectuer un suivi de santé de manière régulière.

 

Sources :
www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/stress-oxydatif-nouvelle-cible-contre-endometriose ;
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-stress-oxydatif-15156/ ;
https://www.meltonic.fr/A-2251-sport-sante-le-stress-oxydatif.aspx

 

N.B : Cet article, comme les autres, offre des pistes à explorer, qui seront différentes pour toutes les femmes.
Il ne vient en aucun cas substituer un avis médical.

 

Balance ton histoire sur notre compte instagram de témoignages : @sav.endo !

Les produits bien-être apaisants pour te faire du bien c’est par ici : Le Lab de l’Endo !

Rejoins le mouv. Inscris-toi pour recevoir la Revue #etalors.

« * » indique les champs nécessaires

Confidentialité*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D'autres sujets autour de la santé féminine

  • Tous
  • A la une
  • L'endométriose
  • La revue de Flo
  • La revue des pros
  • Les nouvelles de Tiphaine
  • Témoignages
témoignage pilule traitement endométriose

Témoignages : l’endométriose et la pilule

La pilule est le moyen de contraception le plus utilisé en France, et c’est aussi le « traitement de première intention » recommandé pour apaiser les douleurs d’endométriose. …

Lire la suite
vapeurs feminines endometriose douleurs regles

Les Vapeurs Féminines, une tradition au service du bien-être des Femmes

Par Manon Brucker – Naturopathe Yoni Steam, V-Steam, Vapeurs Vaginales, … Derrière ces appellations se cachent une seule et même pratique : les Vapeurs Féminines. …

Lire la suite
endometriose feminisme

L’endométriose : nouveau marqueur du féminisme ?

Par Marine Le Rouzo, Psychologue et Sexothérapeute. L’endométriose est une maladie qui a longtemps été ignorée, car notre société patriarcale pensait qu’il était normal de …

Lire la suite